Fil d'Ariane

Maison municipale (Obecní dům)

Ce bâtiment construit entre 1905 et 1911 dans le style de la Sécession viennoise (Art Nouveau) est un ouvrage d’une immense qualité artistique et artisanale. Les somptueux intérieurs du café, du restaurant français, du bar américain et du salon du maire ainsi que ceux de la salle Smetana ont été décorés par de grands peintres et sculpteurs tels que A. Mucha, J. Preisler, L. Šaloun, etc. Les amateurs de la Sécession viennoise pourront effectuer une visite guidée de l’édifice.

Maison municipale (Obecní dům), náměstí Republiky 5, Praha 1 - Staré Město, 111 21
Site Internet: http://www.obecnidum.cz, e-mail: info@obecnidum.cz
tél.: +420222002101, +420222002107

Prix de l'entrée

Plein tarif

290 CZK

Tarif réduit

240 CZK

Tarif familial

500 CZK

Les visites

Circuit des visites :
Salle Smetana – Pâtisserie – Salon Slovácko – Salon Božena Němcová – Salon oriental – Salle Grégr – Salle Palacký – Salle du maire – Salle Riegr – Salle Sladkovský – Bar américain

Les visites guidées de la Maison municipale n’ont pas lieu à heures fixes. Pour plus d’informations, veuillez vous adresser au point informations.
Une journée portes ouvertes avec entrée gratuite a généralement lieu le 28/10.

Point informations au rez-de-chaussée, à gauche – ouvert tous les jours de 10 h à 20 h – informations sur la programmation de la Maison municipale, billets d’entrée pour les spectacles, expositions et événements mondains, visites guidées des salles d’apparat, vente de publications, cartes postales, affiches, gravures, originaux et reproductions d’œuvres d’arts appliqués.

Liste complète des tarifs ICI et reservations des visites.

Afficher les détails

Programme

Historique

La Maison municipale (Obecní dům) est située à l’emplacement de la demeure royale appelée Cour royale (Králův dvůr). Il s’agissait d’un bâtiment datant de l’époque de Venceslas IV. utilisé autour de l’année 1383 comme habitation temporaire du roi Zikmund. Ladislav Pohrobek y décède et le défile du couronnement de Georges de Poděbrady part de là. Une plaque en bronze rappelle son séjour. Après 1490, les Jagellons transfèrent leur siège à Budín et mettent en gage la Cour royale en 1515. Elle est achetée en 1631 par le cardinal Arnošt Vojtěch Harrach pour y établir un séminaire archiépiscopal (à partir de 1636). Après abolition de l’ordre des jésuites, le séminaire est transféré dans le Klementinum et les bâtiments sont achetés par les autorités militaires. Les casernes de la Cour royale y sont installées jusqu’en 1869, suivies par l’école militaire des cadets. La Cour royale est démolie entre 1902 et 1903.
L’intention de la municipalité de Prague de construire un bâtiment de représentation et le désir de la plus importante association tchèque « Měšťanská beseda » (Table-ronde bourgeoise) d’étendre ses locaux aux coûts de la ville, ont donné naissance à un nouveau bâtiment qui allait représenter la capitale du royaume et participerait à la vie mondaine tchèque. Le conseil municipal valide en 1902 la construction et l’achat du terrain près de la Porte poudrière est approuvé en 1903. Le projet est approuvé en 1904 et la construction commence en 1905. Le bâtiment est réalisé entre 1905 et 1911 selon le projet des architectes Antonín Balšánek et Osvald Polívka et doit être le centre de la vie culturelle tchèque en contrepoids de la Maison allemande située non loin de là, du casino et de la promenade allemande de la rue Na Příkopě. La construction conduite par les bâtisseurs František Schlaffer et Josef Šebek démarre le 9 août 1905. Une exposition de trois célèbres associations plastiques tchèques : l’Unité des arts plastiques, l’Association des artistes des arts plastiques et le Groupe des artistes des arts plastiques s'y tient en novembre 1911. Le bâtiment est définitivement réceptionné le 22 novembre 1912. Il devient le centre de la vie mondaine et d’importants évènements historiques s'y déroulent. Ce fait est démontré par la plaque en bronze de Ladislav Šaloun apposée à l’extérieur, non loin de la Porte poudrière. Le 6 janvier 1918 y est dévoilée la « Déclaration des trois rois » réclamant la création d’un état tchécoslovaque autonome. En avril, le Serment national est déclaré dans la Salle Smetana et le Comité national tchécoslovaque, germe du futur parlement et gouvernement, est fondé en juin dans la Salle Grégr. Le 28 octobre 1918, la République tchécoslovaque est proclamée à partir du balcon de la Salle du maire. Dans le même temps, la première loi de la nouvelle république est publiée et le Comité national s’y tient en tant que premier parlement et gouvernement de l’état du 28 octobre au 13 novembre 1918. L’une des deux plaques apposées dans le Club tchèque commente ces évènements par ces paroles : « ...Ici la parole de Comenius est devenu vrai : le gouvernement de tes affaires reviendra vers toi, peuple tchèque ». Les années 1920 et 1930 sont les années de gloire de la Maison de représentation de Prague, tel que le bâtiment est alors appelé. Des bals, fêtes, séminaires professionnels, expositions d’artistes célèbres et associations s'y déroulent. En novembre 1989, dans la Salle Smetana, les artistes rejoignent la grève des étudiants et c’est ici que se déroule la première rencontre entre Václav Havel et le Président du gouvernement de l’époque, Ladislav Adamec.
Obecní dům occupe un terrain d’environ 14 000 m², la surface bâtie est de 4214 m², le volume total du bâtiment est d’environ 14 000 m³. Le bâtiment se compose d'environ 1240 salles et pièces.
Obecní dům illustre de l’extérieur les restes de l’historicisme du 19ème siècle et un mélange des styles pseudo-Renaissance et pseudo-Baroque mais le bâtiment est considéré de façon générale comme un exemple important de l’Art nouveau à Prague. Tout le bâtiment est la preuve d’un savoir-faire sans précédent, d'une qualité artistique et artisanale exceptionnelle et d'un modernisme en ce qui concerne les techniques ultramodernes utilisées inconnues à l’époque en Europe centrale. Il renferme 28 ascenseurs électriques et hydrauliques, un système de ventilation et de climatisation commandé à distance, un réseau pneumatique de distribution de courrier, un ascenseur central, un central téléphonique moderne, une fabrique de glace, des réfrigérateurs et les cuisines les plus modernes. Le bâtiment possède l’une des plus grandes orgues électropneumatiques dans toute la monarchie. Pour la première fois, le PVC est utilisé à grande échelle et c'est à l’époque à la pointe du progrès, ainsi que le laiton et d’autres matériaux. Tous les métiers d'art connus sont représentés dans les intérieurs et leurs œuvres démontrent leur sens de la beauté et de l’utilité : les vitrages, les pendules, les revêtements en bois et céramique, les marbres naturels et artificiels, les ensembles de meubles autonomes, les miroirs, les draperies, les caches des radiateurs et du système de ventilation et de climatisation et avant tout les ensembles de luminaires en métal coloré et verre (le plus souvent conçus par František Anýž et réalisés par la société Křižík). « Obecní dům » a été l’expression de la fierté de la nation tchèque et a été conçue pour sa célébration. La décoration ostentatoire et le nom politiquement orienté donné aux salles en sont la preuve.
Le portail d’entrée massif dans le style Art nouveau est décoré par une mosaïque de pénétrations de Karel Špillar, représentant l’apothéose de Prague. Au-dessus de la corniche figure sur un panneau la citation de Svatopluk Čech : « Salut à toi, Prague ! Résiste aux temps de colère, tu as résisté à tous les orages ! » et les armoiries de la ville de Prague. Les côtés sont décorés par les groupes de statues « Humiliation de la nation » et « Résurrection de la nation » de Ladislav Šaloun. Sous la mosaïque, sur des colonnes avec marquise est posé le balcon accessible de la Salle du maire, les colonnes sont surmontées de personnages de porteurs de flambeaux en bronze avec des lampes électriques de Karel Novák. Entre les fenêtres du 1er étage sont placés des piliers en stuc avec des médaillons en relief dans lesquels les sculpteurs Josef Pekárek, Gustav Zoula, E. Pickardt et Antonín Štrunc ont représenté les types de costumes tchèques populaires. Dans le coin de la rue, près de la Porte poudrière, s'élève la statue du bâtisseur Matěj Rejsek de Čeněk Vosmík, l’attique abrite la statue « L'esprit de l’histoire » de František Rous et, à la hauteur du 1er étage, l’angle est relié par un couloir couvert avec la Porte poudrière. Le coin de l’aile droite est décoré par des demi-figures d’Antonín Štrunc – les allégories des Lettres, de l’Architecture, de la Sculpture et de la Peinture. Le grand pignon en face de la rue U Prašné brány est décoré par la demi-figure « Rozsévač » et « Žnečka » d’Antonín Mára, la façade latérale au 1er étage est décorée par des demi-figures de « Dudák » et « Rusalka » de František Úprka, au-dessus de la corniche principale il y a « Hudba » (Musique) et « Drama » (Drame) de Josef Mařatka.
Le vestibule d’entrée, surmonté d'une coupole, est décoré des figures de la Faune et la Flore de Bohumil Kafka. A gauche du vestibule est située l’entrée dans le café, dont les murs sont revêtus de bois d’acajou. Un podium et une niche avec une fontaine d’Osvald Polívka et une statue de la Nymphe de Josef Pekárek font face à l’entrée. La climatisation est celle d’origine. Le restaurant français est à droite du vestibule, réalisé selon le projet d’Osvald Polívka, avec des peintures conservées de Josef Wenig « Prague accueillant ses invités », « Le traitement du houblon » et la « Viticulture » sous la forme d’un garçon et d’une fille. Le couloir voûté en face de la pièce est décoré par des armoiries et une pendule en laiton avec lentilles de verre et mène vers le petit salon (podium). On trouve ici la tapisserie d’origine, le tableau de Hradčany et le « Nouveau monde » (Nový svět) du peintre A. Zahel. Un bar à vin est situé au sous-sol, au-dessous du café (322 m²), un espace voûté avec un revêtement artistique céramique, au-dessus de l’entrée dans le bar se trouve un relief de singes en céramique entourant un tonneau. Les fenêtres (vitrages) portent des motifs de feuilles de vignes et raisins. Le bar à vin n’est pas ouvert mais il peut être loué. Sous le vestibule se trouve le Bar américain (73 m²) avec un revêtement céramique noir. Mikoláš Aleš a participé à sa décoration avec sa collection de tableaux incrustés dans le mur et les tableaux dans les niches (intitulés « Selka s husami », « Náhončí se zajícem », « Hoch s prasetem », « Masopustní úterý », « O posvícení v hospodě », « Na koně » et « Průjezd urozeného pána k hospodě »). Les tableaux de A. Naumann sont des copies, une partie datant de 1921, une autre partie des années ultérieures. Le comptoir de marbre, copie de l'original, a été fabriqué dans les années 90. La coupole est décorée par le Laburnum. Une brasserie "Le Restaurant populaire de Pilsen" est situé au-dessous du Restaurant français - un espace voûté décoré par douze armoiries en céramique de villes tchèques et moraves et des reliefs en céramique. L’entrée dans le bar est décorée par « Šohaj » (un Garçon) et « Dívka » (une Fille) de Jakub Obrovský et la mosaïque « La récolte tchèque » (České žně) du même auteur. Les fenêtres (vitrages) avec les motifs d’épis et de houblon sont d’origine. Les meubles proviennent des années 1930. Un ensemble pour hommes est situé dans la mezzanine - les salles de jeux de billard et de cartes (à l’origine, les femmes n’avaient accès qu’aux tables de jeux de cartes) et un vestiaire central.
L’ascenseur du maire et du président placé devant le vestiaire central selon le projet d’O. Polívka et J. Prokopec est remarquablement conservé et a été mis en route à l’occasion de la dernière reconstruction. Il n’est destiné qu’aux visites du plus grand rang.
La salle Smetana (897 m²) est l'espace central du premier étage mais aussi de tout le bâtiment d’Obecní dům et une solution architecturale de l’architecte Antonín Balšánek. Les peintures figuratives du plafond sont de František Ženíšek, la décoration en stuc de Karel Novák. L’arc pro-scénique est orné sur les côtés par le groupe sculptural Dances slaves (Slovanské tance) et « Vyšehrad » de Ladislav Šaloun. Des portraits en médaillon de compositeurs célèbres sont incrustés dans les balcons et sont l’œuvre d‘Antonín Štrunc, Antonín Mára et Karel Novák (à gauche František Škroup, Vilém Blodek, à droite Karel Bendl, Zdeněk Fibich, au-dessus de l’entrée principale Jan de Holešov, Bohuslav de Čechtice, Kryštof Harant de Polžice, Václav Jan Tomášek). Les niches des balcons avec les motifs de la « Musique », « Dance », « Poésie » et « Drame » ont été peintes par Karel Špillar. Les miroirs, les vitrages en couleur du plafond et les textiles Art nouveau font également partie des équipements d’origine. Les fauteuils ont été installés lors de la dernière reconstruction. Ils ont été fabriqués en Italie et sont les répliques des fauteuils d’origine. Les orgues sont ornés par un le médaillon de Bedřich Smetana par František Hergesel, elles possèdent 4 claviers et 89 index. Elles ont été reconstruites par une société allemande. La Salle Smetana accueillait les concerts de la Philharmonie tchèque qui a été remplacée dès 1942 par l’Orchestre symphonique de Prague, la capitale, qui y joue encore aujourd'hui. La Salle Smetana est une salle de concerts les plus connus donnés à l’occasion du Printemps de Prague (Pražské jaro) et cela depuis ses débuts en 1946. La capacité de la salle est de
1 149 personnes.
D’autres locaux du premier étage ont été conçus au niveau architectural par Osvald Polívka. Il s’agit des salles suivantes : Petit salon du chef d’orchestre, ancienne salle de préparation pour les confiseries, Confiserie (108 m²) avec des stucs de Karel Novák et le tableau «Vue sur la ville de Tabor » (Pohled na město Tábor) de Václav Jansa. Le Petit salon slave (54 m²) s'inspire de l’art populaire : petites perles, ornement, broderie. L’aquarium remarquable a été remplacé lors de la dernière reconstruction. Le Petit salon de Božena Němcová (54 m²) possède une petite fontaine fonctionnelle en céramique avec une statuette de Božena Němcová (uniquement une copie, l’original a été perdu dans les années 1970). Le Petit salon oriental (55 m²) est revêtu de bois, il possède des tapisseries en tissu, des ornements en couleur et un stuc de plafond en couleur. Derrière ce petit salon s'ouvre le couloir de jonction entre « Obecní dům » et la Porte poudrière. Le mur de la Porte poudrière est incrusté dans les intérieurs. La Salle Grégr (180 m²) abrite le buste de Julius Grégr par Emanuel Hallmann. František Ženíšek a peint au plafond le triptyque Vie, Poésie et Mort et aux murs, en face des fenêtres, le triptyque Chanson amoureuse, guerrière et funéraire. Le balcon bas servait à placer l’orchestre de danse. La Salle Palacký (86 m²) est décorée par une peinture de Jan Preisler. Il a peint aux murs les scènes de légendes, au plafond une image symbolique d’une fille et d’un garçon avec des oiseaux en vol. Entre les fenêtres est posé le buste de František Palacký par Myslbek. La Salle du maire (95 m²) selon un plan rond a été décorée par Alfons Mucha. Il avait beaucoup souhaité obtenir ce travail et avait proposé un prix plus bas que d’habitude, ce qui avait provoqué la colère de ses collègues. Il a peint le tableau du plafond avec pour sujet « L'unité slave » (Slovanská svornost) et huit personnages aux murs, entre les lunettes représentant la « Combativité » (Jan Žižka), « Fidélité » (Jan Amos Comenius), « Force » (Vojtěch de Pernštejn), « Vigilance » (Chod), « Non conformité » (Jan Roháč de Dubá), « Indépendance »(Georges de Poděbrady), « Justice » (Jan Hus) et « Sagesse maternelle » (Sainte Ludmila). Trois tableaux sont placés dans les lunettes ayant pour sujet : « Humiliée et torturée, tu ressusciteras, grande patrie ; Sainte mère de la patrie, accepte ton fils et l’amour et l’enthousiasme» et au-dessus de l’entrée « par la Force vers la liberté, par l’amour vers la fidélité ». La pièce abrite des bancs en cuir et dossiers selon les propositions de Mucha (motif de la Couronne tchèque et Pleurs sur la destruction de la patri), des tissus de décoration de Mucha avec broderie de perles et broderie dorée à frange, des vitraux de couleur représentant des serpents et colombes et des grilles de décoration en laiton au-dessous des miroirs. Il est possible de passer de la salle sur le balcon avec les porteurs de flambeaux. Cette salle est suivie par la Salle Riegr (83 m²) où est placé le buste de František Ladislav Riegr par son auteur Myslbek et la décoration peintes de Max Švabinský représentant les personnages des grands hommes tchèques avec le « Printemps de la littérature tchèque » (Čech, Zeyer, Němcová, Neruda et Vrchlický) et le « Printemps de l’art tchèque » (Smetana, Dvořák, Aleš, Myslbek, Mánes). Ici est apposée la plaque où figure une partie du discours de František Ladislav Riegr adressé à l’assemblée du Royaume tchèque en 1867. La Salle Sladkovský (208 m²) abrite le buste de Karel Sladkovský par Ladislav Kofránek et un tableau paysager de Josef Ullmann.
Il est possible depuis le second étage d’entrer sur les balcons de la Salle Smetana. Il y a également des salles d’exposition, notamment un espace circulaire de la Salle Hollar et deux espaces rectangulaires aux plafonds vitrés. L’appartement du chef d’orchestre a été aménagé pour les visiteurs d’honneur de la ville de Prague et offre une vue unique sur le panorama de Hradčany lors de la dernière reconstruction. En 1998, le Club tchèque a été encore aménagé. Cette salle a été utilisée pendant la 1ère guerre mondiale par les députés et partis politiques et était meublé dans un style cubiste primitif proposé par Josef Chochol. Etant donné leur valeur, les meubles exposés sont des copies des meubles d’origine. Alois Rašín a préparé la proposition de la première constitution tchécoslovaque dans le Club tchèque. En 1999, les lunettes retrouvées et restaurées intitulées « Prague depuis les parcs de Riegr » de Jaroslav Panuška, Prague de Podbaba de Roman Havelka, Prague de Libeň de Václav Jansa et Crépuscule du soir au-dessus de Hradčany de Jindřich Tomec ont été placées devant le Club tchèque. A l’origine, elles étaient placées sur les murs du Pub de Pilsen d’Obecní dům et ont été retrouvées dans le Château Troja.
Café, restaurant, bar et brasserie sont des établissements de restauration couramment accessibles, les autres salles, petits salons et autres locaux ne peuvent être visités que dans le cadre d’une visite guidée et payante.
Le bâtiment a été plusieurs fois réaménagé. La dernière grande reconstruction est intervenue entre 1994 et 1997 selon le projet de l’Association des architectes pour la reconstruction de OD (architecte académicien Martin Němec, architecte Alexandr Gjurič, architecte Karel Frankl) qui ont remis le bâtiment dans son état d’origine en 1912. Les coûts se sont élevés à 1,75 milliard de couronnes. Non seulement le bâtiment principal a été reconstruit, c'est-à-dire l'extérieur et les toits au nombre de douze sur tout le complexe, mais la décoration et les œuvres artistiques ont été également restaurées ou remplacées selon les représentations de l’époque. Les objets détruits, les lustres, les tapisseries, les rideaux, les meubles et les équipements techniques ont été restaurée ou refaits à neuf. La salle de jeu de billard, dans le style Art nouveau, à l’étage au-dessus du café avec vue sur la Porte poudrière a été ouverte le 1er janvier 2008.
En 1989, le bâtiment Obecní dům a été déclaré monument national culturel.

Afficher l'historique

Sites liés