Fil d'Ariane

Château de Prague (Pražský hrad)

  • Map

La silhouette du château de Prague fait partie des plus magnifiques panoramas qui soient. Le complexe de bâtiments du Château, l’un des plus vastes au monde, comprend d’anciens palais, des lieux de culte, des jardins et divers recoins pittoresques. Le château de Prague est aussi, depuis plus d’un millénaire, l’emblème de l’État tchèque. Fondé au IXe siècle, il fut le siège des rois de Bohême avant de venir celui des présidents de la République.

  • Monuments & architecture
  • Châteaux

Horaires d'ouverture

Octobre – Mars

Toute la semaine
09.00 – 16.00

Avril – Octobre

Toute la semaine
09.00 – 17.00

Prix de l'entrée

Plein tarif
350 CZK
Tarif réduit
175 CZK
Tarif familial
700 CZK

TARIFS:
Le billet d’entrée est valable 2 jours.

Circuit A
Vieux Palais royal, exposition « L’Histoire du château de Prague », basilique Saint-Georges, Ruelle d’or et tour Dalibor, Tour poudrière, Palais Rosenberg, cathédrale Saint-Guy, Saint-Venceslas et Saint-Adalbert
plein tarif 350 CZK
tarif réduit 175 CZK
tarif familial 700 CZK

Circuit B
Vieux Palais royal, basilique Saint-Georges, Ruelle d’or et tour Dalibor, cathédrale Saint-Guy, Saint-Venceslas et Saint-Adalbert
plein tarif 250 CZK
tarif réduit 125 CZK
tarif familial 500 CZK

Circuit C
Exposition : « Le Trésor de saint Guy », Galerie du château de Prague
plein tarif 350 CZK
tarif réduit 175 CZK
tarif familial 700 CZK

Exposition « L’Histoire du château de Prague »
plein tarif 140 CZK
tarif réduit 70 CZK
tarif familial 280 CZK

Galerie du château de Prague
plein tarif 100 CZK
tarif réduit 50 CZK
tarif familial 200 CZK

Cathédrale Saint-Guy, Saint-Venceslas et Saint-Adalbert 
accès aux parties néo-gothiques, près de l’entrée

Liste complète des tarifs ici

Les billets sont disponibles dans les centre d’information du château de Prague, dans la IIème et la IIIème cour, ainsi qu’aux caisses de la Cour des fondeurs, de la Galerie du Château, du Vieux Palais royal, du palais Lobkowicz dans la rue Jiřská et à celles de la Ruelle d’or et de la tour Dalibor. Les billets sont valables pour une visite guidée de la IIIème cour – paiement par carte accepté – vente de chèques-cadeaux valables pour une durée limitée. On pourra également se procurer les billets aux différents tarifs à tous les points de vente du réseau Ticketportal.
Pour les places de concerts, veuillez vous présenter à la caisse du centre d’information situé dans la IIème cour du Château.
Les billets d’entrée pour les expositions sont en vente sur les lieux d’exposition.

Les salles d’apparat du château de Prague sont généralement accessibles le premier samedi après le 08/05.

Attention : lors de leur entrée sur le site du château de Prague, les visiteurs sont soumis à une fouille réglementaire. Pour cette raison, les autorités du Château demandent aux visiteurs de bien vouloir ne pas transporter de bagages trop volumineux et de respecter le Règlement des visiteurs lors de leur visite du Château.

RELÈVE DE LA GARDE DU CHÂTEAU
En été, toutes les heures de 7 h 00 à 20 h 00
En hiver, toutes les heures de 7 h 00 à 18 h 00
Relève solennelle en fanfare et hissage des couleurs dans la Ière cour du Château à 12 h 00
Attention : pour cause de travaux, la relève solennelle en fanfare des gardes du Château et le hissage des couleurs a actuellement lieu dans la IIIème cour.

REVUE DE LA GARDE DU CHÂTEAU
En été, un mercredi du mois, à partir de 14 h 00, dans la IIIème cour du Château a lieu une démonstration de maniement des armes par les gardes du Château ainsi qu’une revue des unités habituellement déployées pour les cérémonies d’État, des unités à moto, etc.

PHOTOS DES INTÉRIEURS – sans flash et sans pied : 50 CZK
Il est interdit de prendre des photos sur les sites des expositions « L’Histoire du Château », « Le Trésor de saint Guy » et dans la Galerie du Château.

VISITES GUIDÉES
Du lundi au samedi
Visites guidées avec des guides professionnels loués par le château de Prague, par réservation par e-mail : tourist.info@hrad.cz, par téléphone : +00 42 (0) 224 373 208, +00 42 (0) 224 373 584 ou en personne au centre d’information de la IIIème cour du Château, en face de la cathédrale.

La visite guidée d’une heure contient la visite des bâtiments suivants : cathédrale Saint-Guy, Saint-Venceslas et Saint-Adalbert et Vieux Palais royal. Sur demande de votre part et sous réserve d’accord, la visite peut intégrer également l’exposition permanente « L’Histoire du Château », la basilique Saint-Georges, la Galerie du Château et le palais Rosenberg.
Langues disponibles : tchèque, anglais, français, allemand, italien, russe et espagnol.
Durée de la visite : à la demande du client.
Tchèque : 50 CZK par personne et par heure de visite (min. 200 CZK)
Autres langues : 100 CZK par personne et par heure de visite (min. 400 CZK)

Visites avec audioguide – l’enregistrement dure 3 heures et contient des informations sur l’intérieur et l’extérieur du Château. Coût de location par appareil : 350 CZK / 3 h ou 450 CZK / jour.

Les groupes peuvent disposer de leur propre guide. Les guides licenciés et clairement identifiables (issus de pays de l’UE) accompagnant des clients qui ont acheté des billets d’entrée pour les différents bâtiments bénéficient d’une entrée gratuite.

Des guides en braille sont disponibles pour les visiteurs non-voyants ou malvoyants.

ACCÈSSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉS
Tous les bâtiments visitables ou abritant une exposition disposent d’un accès pour personnes à mobilité réduite, exceptées les tours (tour Dalibor, Tour blanche, Tout poudrière, Tour sud de la Cathédrale) et les remparts de la Ruelle d’or.

TOILETTES PUBLIQUES
Vous en trouverez dans la Cour aux lions, à côté de la cathédrale Saint-Guy, dans le Vieux Palais royal et dans la Ruelle d’or.

PARKING
Le nombre de places disponibles dans les environs étant très réduit, on recommande généralement aux visiteurs de ne pas se rendre au Château en voiture. Le parking (payant) le plus proche est situé près de l’arrêt de tram No. 22 « Pražský hrad » (Château de Prague).

Parkings destinés aux cars de touristes :
Rue Jelení, côté droit en allant vers la rue Mariánské hradby (5 minutes)
Rue Mariánské hradby, côté droit en allant vers la rue Jelení

Afficher les détails

Contacts

  • Château de Prague (Pražský hrad)
  • Pražský hrad
  • 119 08 Praha 1
  • +420224372423
  • +420224371111

Programme

Historique

Le Château de Prague est le plus important monument culturel et historique de République tchèque, il est le symbole du développement millénaire de l'état tchèque. Il s'agit d'un incroyable complexe de palais, d'édifices religieux, de fortifications, de bâtiments administratifs et résidentiels qui sont tous autant d'édifices précieux représentatifs de toutes les périodes artistiques. Il a été le siège des ducs de Bohême, des rois et des empereurs et même, depuis 1918, des présidents de la République.
Ce site dont les 45 hectares retracent l'histoire du pays a été le premier à être inscrit sur la liste des Monuments culturels nationaux en 1962.

Histoire
Les débuts du Château de Prague sont liés avec le premier des Prémyslides dont l'existence a été historiquement prouvée : Bořivoj. Dans les années 80 du 9e siècle, celui-ci décide de quitter sa résidence de Levý Hradec pour s'installer sur un éperon déjà occupé par une fortification slave dont la position est très avantageuse.
Le premier palais ducal est probablement en bois. La pierre est pour la première fois utilisée lors de la construction de l'église chrétienne de Sainte-Marie dont les vestiges ont été découverts entre la IIe cour et le jardin Na Baště. Cette église de Bořivoj est rapidement remaniée par le duc Spytihněv Ier qui y est d'ailleurs enterré en 915. La deuxième église construite dans le complexe de l'actuel Château est l'église Saint-Georges fondée par le duc Vratislav Ier. Plus tard, dans les années 20 du 10e siècle, un autre Prémyslide, le duc Venceslas (saint Venceslas), décide de faire bâtir la rotonde Saint-Guy que le duc Spytihněv II (11e siècle) transforme en une puissante basilique.
En 973, avec la fondation de l'évêché de Prague, le Château de Prague devient non seulement le siège de la tête du pays, mais aussi le siège de l'évêque de Prague, plus grand représentant de l'église dans le pays. C'est à cette même époque que le premier couvent de Bohême est ouvert sous la protection de l'église Saint-Georges.
Au 10e siècle, le Château occupait une surface d'environ 6 hectares. À l'époque romane, l'ancienne forteresse slave est transformée en un château fort médiéval, notamment après 1135, grâce à Soběslav Ier qui fait bâtir un palais royal en pierre et de nouveaux remparts, également en pierre, renforcés avec plusieurs tours dont la mieux conservée aujourd'hui est la tour orientale appelée Tour noire.
À l'époque gothique, l'aspect du complexe change considérablement et cela notamment sous l'impulsion de Charles IV (1346 - 78) qui, avec l'aide de son père, Jean de Luxembourg (1310 - 46), a obtenu que l'évêché de Prague soit élevé au rang d'archevêché. C'est également au cours de cette période que la première pierre de l'édifice de l'église Saint-Guy est posée. Sous le règne de Charles IV, le Château devient pour la première fois résidence impériale. Le roi en renforce encore les remparts, y reconstruit le palais royal et la chapelle de Tous-les-Saints. Les toits des tours sont couverts de plaques dorées qui ont donné à Prague son surnom de Prague dorée. En 1382, le Château est déserté des souverains de Bohême pendant plus de 100 ans. La cour royale occupe alors la localité de l'actuelle Maison Municipale où elle reste jusqu'au règne de Vladislav de la dynastie des Jagellon en 1483.
Bien que le souverain décide d'habiter à Buda dès 1490, il fait reconstruire le Château de Prague dans le style gothique tardif sous la direction de Benedikt Ried. Celui-ci est notamment l'auteur de la grande Salle Vladislav, le plus grand espace séculier voûté d'Europe à cette époque, dont la construction est marquée par les premières éléments Renaissance à Prague. Les remaniements alors décidés sont de grande envergure, ils incluent la construction de nouveaux remparts, de nouvelles tours et l'élargissement du palais royal. Le style gothique s'estompe peu à peu pour laisser place à l'architecture Renaissance.
L'influence directe de l'art italien est essentiellement ressentie sous le règne de Ferdinand Ier de Habsbourg et, après son départ de la ville de Prague, sous le gouvernement de Ferdinand de Tyrol. Le complexe perd alors l'apparence de château fort médiéval pour se transformer en un château Renaissance avec jardins. C'est à cette époque que le Belvédère Royal d'architecture typiquement italienne est édifié dans la partie nord du jardin royal.
Les travaux reprennent avec encore plus d'activités suite à l'incendie de 1541 qui endommage considérablement le Château et ses environs, c'est dans ce cadre que de nombreux bâtiments résidentiels et religieux voient le jour. Sous le règne des premiers Habsbourg, le complexe du Château de Prague accueille les premiers palais seigneuriaux, comme celui des Rožmberk et des Pernštejn (plus tard Palais Lobkowic) alors que la partie nord-ouest accueille de toutes nouvelles écuries.
À l'époque de l'empereur Rodolphe II (1576 - 1611), le château, à nouveau devenu centre de l'empire et centre européen de la culture et des sciences, se pare d'une apparence Renaissance et maniériste. De nouveaux espaces sont construits dans la IIe cour pour abriter les collections de Rodolphe II, c'est ainsi que sont créées la Salle Nouvelle (aujourd'hui appelée Salle Espagnole) et la Galerie rodolphienne. Les activités de construction sont foisonnantes et donnent le jour à une aile qui relie les parties nord-est et nord-ouest du château intégrant notamment la célèbre Kunstkomora et d'autres espaces destinés à accueillir les collections de l'empereur. Cette période est encore marquée par la construction de nouvelles écuries destinées à abriter les célèbres chevaux espagnols de l'empereur. La Ruelle dorée elle-même date de cette époque et les laboratoires des alchimistes de Rodolphe sont installés dans la Tour poudrière au-dessus du Fossé aux Cerfs.
Le Château connaît cependant une nouvelle période de ravage avec l'occupation de l'armée saxonne en 1631 et avec la présence des Suédois en 1648. Suite à la guerre de trente ans, les Habsbourg ne montrent pas beaucoup d'intérêt pour le palais royal de Prague.
Marie-Thérèse est la première à commander un large remaniement du complexe en un château représentatif (1755-1775). Ces travaux sont motivés par les dommages causés au cours des bombardements qui touchent le Château au début de son règne. L'architecte viennois Nicolo Pacassi est notamment l'auteur de la Ire cour et de la porte d'entrée monumentale. De cette même période datent la Chapelle Sainte Croix de la IIe cour et d'autres bâtiments, dont par exemple l'Établissement des Nobles Dames. La face sud du château se dote alors d'une façade monumentale, unie, de style baroque tardif, œuvre d'Anselmo Lurago, Antonín Kunz et Antonín Haffenecker qui exécutent le projet influencé par le rococo viennois et par le style classique français.
Au cours du 19e siècle, suite aux réformes de Joseph II, le complexe connaît une période de décadence et de nombreux bâtiments sont occupés par l'armée. Plusieurs modifications sont apportées au château en raison du séjour de Ferdinand Ier d'Autriche (dit le Bon) après son abdication en 1848, puis lors de la préparation du couronnement promis de François-Joseph Ier d'Autriche dans les années 60. Suite à l'année 1859, la création de l'Unité pour l'achèvement de l'église Saint-Guy permet de continuer les travaux de l'édifice et de les terminer en 1929 sous la direction de Josef Mocker.
De 1920 à 1935, le Château de Prague devenu siège du président de la République tchécoslovaque fait l'objet de nouveaux remaniements dirigés par l'architecte Josip Plečnik qui parvient à merveilleusement combiner les espaces historiques avec les exigences modernes. Il intervient notamment dans la Ire et la 3e cours du château, dans les jardins sud, dans la 4e cour et son jardin Na baště ainsi que dans de nombreux espaces intérieurs. Il est par exemple l'auteur de la Salle des colonnes, des espaces privatifs du président de la République mais aussi du bureau de Masaryk. Son élève, Otto Rothmayer, achève les remaniements de certains intérieurs après la 2nde guerre mondiale.
En 1936, l'architecte du château devient Pavel Janák par la suite remplacé par Jaroslav Fragner en 1959.
En 1989, de nombreux sites du château s'ouvrent au public. Sous la présidence de Václav Havel, d'autres modifications sont apportées aux intérieurs et deux nouvelles entrées sont ouvertes dans la 2e cour selon le projet du designer Bořek Šípek. L'architecte Josef Pleskot se voit récompensé pour les aménagements du fossé aux Cerfs à proximité du Pont Poudrière, une serre moderne est construite selon les plans de la célèbre architecte Eva Jiřična, la place Saint-Georges est pavée et la mosaïque Le Jugement Dernier est reconstruite en collaboration avec des spécialistes de l'Institut Getty.
En 1990, de nouvelles illuminations sont inaugurées. Les visiteurs peuvent en profiter depuis la tombée de la nuit jusqu'à minuit, voire une heure du matin pendant la saison touristique. L'éclairage n'y était pas totalement nouveau puisque la tradition des illuminations électriques a commencé en 1928 lorsque les premières lampes sont installées en l'honneur du 10e anniversaire de la République. Dans les années 60, un système semblable à celui aujourd'hui existant permet d'illuminer le château, mais il n'est alors utilisé que lors des jours de fêtes.
Au cours de ces dernières années, les travaux de restauration ont été lancés dans de nombreux bâtiments du Château, l'attention est notamment portée sur les fouilles archéologiques qui ont commencé en 1925 et dont les résultats constituent une riche source d'informations sur l'histoire du Château. Depuis 1990, les recherches et le renouvellement des différents espaces et bâtiments se font avec le souhait continu de leur donner une nouvelle vie et de les ouvrir au public.

Afficher l'historique

Sites liés

Guides